Section de La Ferruccia

La section du Ferruccia né dans un grand projet visant à une meilleure compréhension et donc à une protection plus consciente du patrimoine artistique de la province de Pistoia et en particulier de la chapelle se rapportant aux églises locales. La collection est non seulement conçu comme un témoignage de la mémoire locale, mais aussi comme un lieu où les objets de culte peuvent retrouver leur identité. Il caractérise donc par sa fonction éducative dans le désir d'expliquer la signification symbolique et rituel des expositions.

Le musée est divisé en trois chambres au premier étage du presbytère de l'église de SS. Philippe et Jacques, situé dans la localité Ferruccia, dans la commune de Quarrata. Le bâtiment, déjà documenté au XIVe siècle, a subi d' importants changements au cours du XVIIe siècle , et plus récemment en 1875. A l' intérieur, deux tableaux, l' un représentant un crucifix et saintAntonio Puglieschi et l'autre représentant le mariage mystique de Sainte - Catherine , signée ?? PP Lippi ?? et datée 1646. L'intérieur de l'église est visible depuis la première salle du musée à travers la face de la chaire.

Dans cette première chambre que nous avons préparé six fenêtres, dans lequel ont été placés plusieurs fonds d' écran, COPE , chasubles et robes , datant du XVIIe au XIXe siècle. Ceux - ci compris, en particulier, une belle planète avec une raison rare bizarre date du début du XVIIIe siècle, un « autreavec soi-disant conceptions naturalistes se délectent de style, se référant aux années quarante du même siècle , et encore un » d' autre avec des motifs serpentent dating 1 765 environ.

Dans la deuxième salle, consacrée à la dévotion, il est indiqué dans le mur droit entrant dans une vitrine avec une petite Vierge et l' Enfant , datant du XVIIe siècle. Sur le mur de gauche dans les deux cas sont présentés, respectivement, deux couronnes d'argent et une robe du XVIIIe siècle brodé, avec des chaussures complètes, utilisés pour habiller une statue de la Madonna del Rosario . La robe, qui a été coupée en plusieurs parties a été reconstruit, restauré et étudié pour l'occasion. Dans la troisième fenêtre, enfin, il a exposé un enfant Jésus dans langes, en stuc polychrome, datant du XVIIIe siècle.

Le parcours du musée continue le long d' un petit couloir, décoré par une série inhabituelle de quatorze Lumiere en bois doré et sculpté fabrication toscane du XIXe siècle, qui introduit la dernière pièce. Cette dernière est précédée d'une vitrine dans laquelle une série de a été placée reliquairesautels en bois qui étaient à l' origine situés dans l'église. Il est, pour la plupart, des artefacts de production toscane, datant des XVIIe et XIXe siècles, la documentation de la variété des types utilisés et la répétition des modèles trouvés dans la plupart des églises de la région.

Dans la troisième salle, enfin, il a été proposé la reconstruction d'un autel par des survivants artistiques de la tenue de l' église liturgique. En plus d'un certain nombre de meubles en bois , il est intéressant de noter, en particulier, le frontal velours de soie rouge brodé de fils de soie et les relations en drap d'or et d' argent, qui présente les armoiries des familles de Pistoia Cellesi, Bracciolini, Villani. Les meubles précieux et très rare, à la fois pour la qualité de la conception et la beauté de la broderie, date du début du XVIIe siècle. La richesse graphique des couronnes de plantes vertes et or, brodé sur le fond de velours pourpre, est clairement inspiré par les modèles conçus par Jacopo Ligozzi pour la cour des Médicis, ce qui affectera toute la production de Florence entre la fin du XVIe et au début du siècle prochain.

Latéralement autel est placé un élégant pupitre bois sculpté et doré, définie par les grands rouleaux foliaceous et caractérisés par la présence des têtes d' anges dans la tour. Il est un travail de fabrication toscane, datant du milieu du XVIIIe siècle, et accessible à d' autres unités sur le territoire de Pistoia.

Dans la salle sur le mur à droite dans une grande vitrine se tient dans lequel les objets sacrés de l'église sont exposés pertinence. Les bijoux survivants sont en nombre limité par rapport à ceux qui , au cours des siècles sont mentionnés dans les inventaires compilés périodiquement par les Recteurs de l'église. Le patrimoine de l' or est en effet particulièrement faible en raison de l'aliénation continue à laquelle il a été soumis, notamment la vente en 1873 de deux des plus anciens de l' église attirail. Il est une croix en bronze et argent avec des émaux translucides, faite par un orfèvre florentin dans la troisième à la cinquième décennie du XIVe siècle et un calice de cuivre et d' argent ciselé, gravé et doré avec des émaux translucides, faite par un atelier florentin dans le septième -ottavo décennie du XIVe siècle. Les deux accessoires ont été achetés par les Galeries Royales pour le prix de deux cents livres et sont maintenant exposées à Florence, au Musée National du Bargello.

En ce qui concerne les objets liturgiques sur écran affiche une série de verresen argent et en relief gravé, datant du XVIIe siècle. Importance particulière apparaît la coupe avec l'inscription sous le pied: existente PRIORE R.DO PÈRE SEBASTIAN Maracci qui présente deux coups de poing qui permettent de signaler l'exécution à un atelier florentin. Un plus exemplaire, caractérisé en dédicace sous le pied et la date 1692 est également attribuable à la production florentin de la fin du dix-septième siècle. Dans le même verre nous notons la croix processionnelle de bronze qui appartenait à l'autel de l'Annunziata. Le décor a des bornes avec des tuiles lignes mixtes comprenant des représentations de Dieu le Père , la Vierge de l'Annonciation , Saint Roccoet le ' Ange Gabriel . Le verso apparaît en lettres majuscules l'inscription: AU TEMPS DE trésorier BARTHOLOMAIOS Marcho Benesperi COMPANY DELA NUNZIATA 1591.

Parmi le mobilier du XIXe siècle sont rapportés l ' ostensoir en argent estampé, commandé en 1804 ciselée, fondu et partiellement doré, par le recteur Tommaso Gelli et par le prêtre Giuseppe Baldi et un élégant vaisseau spatial en métal argenté, également daté au début du siècle, qui se caractérise la présence sur le couvercle d'une petite fusion empire modèles sphynx clairement inspirés.

Elisabetta Nardinocchi © TOSCANAoggi 2000


© 2019 DIOCESI DI PISTOIA. TUTTI I DIRITTI RISERVATI